COURIR EN PAYS DE SAVOIE
Compteur de visites
Derniers sujets
» Résultats Pré Régionaux Cross-Country AURA Est 2017 à Aix les bains
Hier à 18:37 par pelloche

» Edinburgh terre de cross
Lun 16 Jan 2017 - 6:55 par parp

» Calendrier Courses Hors Stade 2017 Savoie / Haute Savoie
Sam 14 Jan 2017 - 18:10 par Sonia

» Championnats départementaux de cross 2017
Jeu 12 Jan 2017 - 20:22 par Invité

» Pub Adidas par un amateur
Mar 10 Jan 2017 - 21:50 par pelloche

» Résultats Trail Hivernal des Coursières 2017 (69)
Dim 8 Jan 2017 - 20:12 par pelloche

» Trail Faverges Seythenex 1er et 2 Juillet
Lun 2 Jan 2017 - 21:03 par Trail de Faverges

» Souvenirs de 2016
Lun 2 Jan 2017 - 12:17 par Hervé

» un drame en trail....
Sam 31 Déc 2016 - 14:27 par pelloche

Eco
France Panneau solaire
Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Bubble stat

La belle époque du cross

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La belle époque du cross

Message par athletics73 le Lun 9 Nov 2009 - 21:13

Il y aura toujours des nostalgiques des temps anciens, ceux consacrant un athlétisme trempé dans l'amidon et sentant bon la naphtaline, un athlétisme couvé par des hommes en redingotes et chapeaux mous; lorsque l'on évoque l'histoire du cross, on parle plus sûrement de courses à travers labours pour exprimer ce que furent les premières heures de gloire du cross country. Les journalistes anglais , très pince sans rire, installés au pied d'une rivière à y perdre pied, déclaraient devant l'hégémonie de leur chouchou Jack Holden que seuls les coureurs au tempérament bien trempé pouvaient réussir dans cette discipline. leurs propos s'en trouvaient largement arrosés au passage des coureurs, plongeant comme dans une fosse à purin dans un cloaque profond de 60 centimètres. la scène se passait en 1930 dans le traquenard de Leamington Spa.



A cette époque, le cross ne souffrait pas de crise identitaire. Il n'était pas encore venu le temps de la réflexion qui allait agiter les instances internationales. Le cross devait-il allait vers les pistards au point d'en perdre son caractère originel ou les lévriers de la cendrée viendraient-ils d'eux mêmes vers cette discipline hivernale? En 1930 tout ce que comptait la vieille Europe s'adonnait sans calcul au cross l'hiver venu. En matière de parcours , les anglais dictaient leur loi . Des distances longues , jusqu'à 17 kilomètres. Des difficultés à faire fuir tous les Arsène Lupin en mal de cavale. Comme en 1930 oû les anglais, furieux contre les Français d'avoir organisé l'année précédente le cross des Nations sur un parcours trop rapide , allaient dresser au nez et a la barbe des coureurs , des portes charretières hautes de 2,40 m à gravir et à sauter à chaque tour. Cet enfer n'était pas sans rappeler la tradition des fell-climbers que l'on situe à l'origine même du cross, des courses en pleine nature, montant droit à travers les collines sans aucun souci de contourner les obstacles naturels de la région de Lake Distict.

Au début des années 70, le respect de certaines valeurs propres à cette course à travers champs était maintenu par d'honorables gentlemen amoureux de l'effort et de l'engagement total. Les images de l'International de San Sebastien en 1971 sont encore là pour le démontrer. N'y voit-on pas David Bedford, cet Anglais à la moustache conquérante, s'envoler au-dessus d'un obstacle que pas un seul organisateur de cross actuel n'aurait l'imagination d'intégrer à son parcours sous peine d'être poursuivi par toutes les compagnies d'assurances de France et de Navarre . Une longue descente aussi boueuse et savonneuse que pour un interville et en contre-bas un fossé large comme le channel , trois planches pour prendre appui et puis le vide.



Les exemples de ces cross oû l'on voit des des hommes aux allures disgracieuses basculant par-dessus des barrières trop hautes comme pouchassés par une horde de taureaux camarguais ou bien le nez et les quatres pattes dans la boue à grimper d'impossibles collines sont multiples, prouvant en cela que le cross ne pouvait réussir qu'à des coureurs ne craignant pas l'engagement total.
Les exemples de ces cross oû l'on voit des des hommes aux allures disgracieuses basculant par-dessus des barrières trop hautes comme pourchassés par une horde de taureaux camarguais ou bien le nez et les quatre pattes dans la boue à grimper d'impossibles collines sont multiples, prouvant en cela que le cross ne pouvait réussir qu'à des coureurs ne craignant pas l'engagement total.


Depuis les parcours ont perdu ce qui faisait le charme désuet de cette discipline oû l'imprévu, la tactique de course et un certain goût pour l'effort non paramétré rendaient le cross spectaculaire. A force de tondre les gazons sur lesquels les coureurs se disputent le titre mondial, le cross a coupé toutes les herbes folles et a rogné ses racines. qu'en pensent les Kenyans? Nul doute qu'ils se moquent de la platitude des parcours qu'on leur offre désormais, habitués qu'ils sont à courir en pleine nature lorsqu'ils préparent un Mondial dans le camp d'entraînement de Embu.

Si vous lisez cet article que j'ai posté sur mon blog il y a quelques années. J'aimerais mettre un petit bémol au dernier paragraphe et remercier le club de VO2000 la Plagne organisateur du cross de la tarine pour avoir renouer avec l'esprit du cross country.

athletics73

Messages : 617
Date d'inscription : 27/06/2008
Age : 64
Localisation : Frontenex

Voir le profil de l'utilisateur http://club.quomodo.com/asmoutiers

Revenir en haut Aller en bas

Re: La belle époque du cross

Message par pelloche le Lun 9 Nov 2009 - 21:23

Merci pour mon club Athlétics, désolé pour les 100 mètres de pelouse à l'arrivée. lol!
Dommage que nous ne puissions y organiser un championnat car les dates ne correspondent pas avec la météo locale et au travail en station de beaucoup de nos membres car le spectacle serait beau à voir.

_________________


Le sport ne fait pas vivre plus vieux, mais fait vivre plus jeune

Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir.
(Jean MERMOZ)

pelloche

Messages : 6321
Date d'inscription : 10/06/2008
Age : 50
Localisation : ALBERTVILLE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum